[Accueil]
[Remonter]

[Techniques] [Application globale] [Chaussage] [Publications] [Communications] [Invités] [Liens] [Patients] [contacts]

HALLUX VALGUS ET SES CONSEQUENCES (anglais)

[Remonter] [HALLUX VALGUS ET SES CONSEQUENCES (anglais)] [HALLUX RIGIDUS (anglais)] [NEVROME DE MORTON (anglais)] [PATHOLOGIE DU 5° ORTEIL (anglais)]

 

LA DEFORMATION

   

L'Hallux Valgus

est la déformation
la plus rencontrée
au niveau des pieds 
:


le premier métatarsien
est déplacé en dedans

 (varus).

L’exostose interne

ou « oignon »
naît et s’aggrave

 par le conflit
avec la chaussure (bursite).

Le schéma et la radiographie ci-contre montrent que cette exostose est au sommet de l’angle formé par le 1° métatarsien déporté en dedans et le gros orteil déporté en dehors découvrant ainsi le sésamoïde externe (petite rotule sous le 1er métatarsien servant d’ancrage aux muscles stabilisateurs du gros orteil), visible entre les 2 premiers métatarsiens.

 

 

Or entre les sésamoïdes passe le tendon fléchisseur qui lors de sa contraction (donc à chaque pas) produit un effet corde d’arc qui rend la déformation irréversible tant que le métatarsien n’aura pas été replacé sur les sésamoïdes, ce qui ne peut se faire que par la chirurgie.

Nous sommes ici au premier stade ou débutant


L’âge : la douleur, au chaussage uniquement, se manifeste soit vers l’age de 18/20 ans dans le cas d’hallux valgus congénital (25%), soit vers l’age de 40-50 ans dans les autres cas.


La localisation de la douleur est au début uniquement au niveau de l’exostose, au contact de chaussures fines ou après une marche prolongée ; il s’agit d’une inflammation simple avec parfois une bursite (poche remplie de liquide) qui peut s’infecter. Ce stade peut être très douloureux même si la déformation est minime.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le test du bristol traduit le phénomène « corde d’arc » et l’incapacité du gros orteil à assurer sa fonction.

 

Deuxième stade :


Deux évolutions possibles :


- Les poussées douloureuses se succèdent et augmentent en intensité amenant à l’intervention.


- Les poussées s’estompent et on observe une accalmie qui peut durer plusieurs années. Cette accalmie est trompeuse.

 

En effet la déformation en général continue d’évoluer aboutissant aux déformations des autres orteils en commençant par le 2° orteil.

 

 

 

Troisième stade  ou pied complexe
 

L’évolution non traitée se fait alors vers :


- l’aggravation de la déformation du 2ème orteil qui se luxe.


- L’extension des désordres statiques à tout l’avant pied avec des griffes des autres orteils et un durillon douloureux sous la plante du pied (avant pied rond antérieur avec métatarsalgies médianes).

 

 

Grâce aux techniques que nous avons développées, les avant pieds les plus déformés sont accessibles à un traitement chirurgical.

 

Les photos 1 et 2 représentent le même pied avant et après notre traitement.

 

Dans la majorité des cas, toutes les articulations peuvent être conservées. Cette patiente (exemple ci-dessous) a pu remarcher tout de suite après l’intervention mais n’a pu se chausser normalement que quelques mois après l’intervention.

 

Ainsi les suites sont plus longues, surtout lorsque des troubles circulatoires sont présents.

 

 

 

 

LES CAUSES 

Quatre causes peuvent être relatées :

1- Prédisposition féminine

Sur 100 hallux valgus, 5 concernent l’homme, 95 la femme (à cause de la souplesse ou laxité articulaire).

2- Prédisposition congénitale

L’hallux valgus n’est pas une maladie héréditaire, qui se transmet obligatoirement sur la descendance. Cependant on retrouve souvent (1/3 des cas) une tendance familiale à cette déformation.

3- Longueur du premier orteil

Suivant la longueur du premier orteil par rapport au second, on distingue les pieds grecs s’il est plus court (11%), les pieds carrés (27%) et les pieds égyptiens s’il est plus long (62%).
Plus le gros orteil est long, plus il est rabattu vers les autres par une chaussure à bout pointu.
4- La chaussure féminine

à bout pointu et talon haut, qui surcharge et comprime les orteils.

 

 

 

 

 

5- RETRACTION DES MUSCLES DU MOLLET

Si vous avez une rétraction du tendon d’Achille ou des jumeaux (muscles du mollet fixés en arrière du genou). Vous avez des difficultés pieds nus ou alors avec des tensions du mollet. Vous êtes mieux avec des talons mais l’équinisme augmentera l’appui sur l’avant pied avec ses conséquences. A l’examen, si l’équinisme se réduit genou fléchi, il s’agit d’une rétraction des jumeaux. On retrouve aussi fréquemment dans ces cas là, des douleurs lombaires, voire une instabilité des chevilles.
 

 

La libération des muscles jumeaux

 

permet de récupérer le relèvement du pied et diminue la pression sur l’avant pied. Elle s’effectue avant la chirurgie des pieds et peut être suivie de deux jours de plâtre.


Si l’équinisme est global, il faudra un allongement du tendon d’Achille avec un plâtre pendant un mois.

 

 

 

REDUCTION CHIRURGICALE
DES DEFORMATIONS

 

Le principe n’est pas de raboter la bosse mais de s’attaquer à la cause.
Pour cela il faut :

 

 


- Ramener le premier métatarsien vers le second : ceci est réalisé grâce à l’ostéotomie SCARF : le 1er métatarsien est clivé en deux parties : la partie inférieure contenant la tête vient alors glisser vers le 2ème métatarsien et les deux fragments sont fixés au moyen de deux vis.

 


- Aligner le gros orteil dans le prolongement de son métatarsien : ceci est réalisé grâce à une ostéotomie de redressement et/ou de raccourcissement de votre gros orteil au niveau de la sa 1ère phalange fixée au moyen d’une agrafe. Cette ostéotomie n’est cependant pas toujours utile dans les déformations limitées.


 
Les cicatrices : dans les cas simples, vous aurez deux cicatrices, une le long du bord interne du pied, l’autre courte au dessus du pied pour libérer le sésamoïde latéral.

 


Le matériel d’ostéosynthèse (vis ou agrafe) ne sera retiré que s’il vous gêne (environ 15% des cas), mais il ne faudra pas le retirer trop tard et c’est pour cela que la consultation à un an est obligatoire même si vous n’avez aucun trouble sur le pied.

 

 

 

 

 

 

TRAITEMENT DES ORTEILS EN GRIFFE

S’ils sont débutants et alors réductibles, ils vont disparaître avec le traitement de leur cause (l’hallux valgus). On peut allonger les tendons voire mettre une broche temporaire dans l’orteil : ceci ne retardera que peu les délais de récupération post-opératoires notés avec le traitement de l’hallux valgus.
S’ils sont anciens et importants, il faudra alors associer à la correction de l’hallux valgus une chirurgie non seulement sur les orteils mais surtout sur les métatarsiens.

 

TRAITEMENT DES METATARSALGIES

(Durillons plantaires, avant pied rond)
 

1 - Déjà le traitement de votre équinisme (libération des jumeaux) va améliorer l’état de votre avant pied.

 

2 - Dans certains cas, le relèvement des métatarsiens (ostéotomie BRT).

 

 

 

 

 

Cette ostéotomie basale métatarsienne est une opération bénigne qui donne de très bon résultats mais dans les cas de métatarsalgies isolées ou bien dans les cas de pieds creux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 -  Mais si les métatarsalgies sont importantes

 

           ou bien si les articulations sont luxées

 

il faudra faire l’intervention de Weil qui est une opération de détente axiale permettant de réduire les griffes des orteils et le pied rond antérieur.

 

Cette chirurgie comporte des suites opératoires longues, nécessitant avant tout coopération et votre patience pour permettre le bon résultat final.


- Dans certains cas cette ostéotomie peut être réalisée en percutané ce qui simplifie les suites opératoires.

 

 

 

 

 

 

 

Arthrose du médio pied


Elle se traduit par une douleur sur le dos du pied. Il faudra alors supprimer cette bosse ou bien faire un blocage de l’articulation du milieu du pied.

 

 

 pierre@barouk-ls-p.com ou samuel@barouk-ls-p.com - dernière mise à jour  / last update : 31 mars 2014 - Réalisation, webmaster : © 2005-2013 jpd-AMITEL